Vœux 2016 : engagement, foi dans le dialogue social, indépendance, professionnalisme et responsabilité (07/01/2015)

Photo Bruno MAZODIER 150119 

Devant les près de 400 personnalités présentes lors de la cérémonie des vœux, organisée le 7 janvier 2016, Jean-Pierre Farandou, Président de l’UTP a prononcé un discours mobilisateur. En exergue : les avancées significatives de l’année 2015 et ses aspects moins positifs sans oublier les sujets majeurs pour la profession en 2016.

Représentants de l’État, des collectivités locales, des organisations professionnelles, des partenaires, adhérents… : près de 400 personnes ont participé, le jeudi 7 janvier, aux vœux de l’UTP, devenus un rendez-vous « incontournable » de la profession.

A cette occasion, Jean-Pierre Farandou a tenu à dire sa joie et sa fierté d’accueillir d’aussi nombreux et prestigieux convives à cette traditionnelle cérémonie… la première dans ses fonctions de Président de l’UTP.
Après avoir salué
son prédécesseur, Jean-Marc Janaillac et l’implication des quatre Vice-Présidents de l’UTP : Laurence Broseta, Marc Delayer, Pierre Izard, et François-Xavier Perin et des membres du Conseil d’administration, Jean-Pierre Farandou a prononcé un discours direct et mobilisateur.

Une union engagée, transparente et professionnelle
Lors de son intervention, le Président a présenté les six valeurs qui portent l’UTP : engagement, foi dans le dialogue social, indépendance, professionnalisme, responsabilité, et transparence. En termes d’engagement, il a rappelé : « L’UTP milite pour défendre les intérêts de ses adhérents, promouvoir le transport public urbain, le transport ferroviaire et la mobilité durable dans son ensemble ». Pour témoigner de la transparence, Jean-Pierre Farandou a rappelé que les positions de l’UTP sont publiques et que  annuelle reste un moteur pour mieux satisfaire les adhérents.
l’enquête de satisfaction
Déjà certifiée Quali’OP en tant qu’organisation professionnelle, l’UTP sera l’une des premières fédérations professionnelles à se soumettre, prochainement, à l’évaluation ISO 26000 sur la base du référentiel approuvé par l’AFNOR. Cette nouvelle démarche témoigne du professionnalisme, autre valeur et fondement de l’UTP.

Photo Bruno MAZODIER 150069Le dialogue social dans le transport urbain
Syndicat d’employeurs, l’UTP négocie les conventions collectives des Transports urbains de voyageurs (hors RATP), des Voies ferrées d’intérêt local et de la branche ferroviaire avec les organisations syndicales représentatives.

Concernant le transport urbain, le Président de l’UTP a détaillé : « Outre la signature d’un accord sur les évolutions des salaires minimum de branche dans le cadre de la NAO, un important travail a conduit à la signature d’un accord sur la formation professionnelle par 5 des 6 organisations syndicales représentatives. Il marque l’engagement de la profession en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes, notamment par l’apprentissage, conformément aux engagements pris fin 2014 dans le cadre de l’accord signé sur la mise en œuvre du pacte de responsabilité».
Pour les sujets à venir, Jean-Pierre Farandou a évoqué la négociation interbranches sur les évolutions des régimes IPRIAC et CARCEPT prévoyance, la poursuite des négociations sur la sécurisation des parcours professionnels et son espoir de trouver, dans les prochaines semaines, un compromis permettant une signature de l’avenant relatif à l’AGEFODIA.

Les négociations sociales dans le transport ferroviaire

Pour la branche ferroviaire, le Président de l’UTP a souligné l’importance des deux accords de 2015 sur le champ de la future CCN ferroviaire et sur la désignation de  Il a rappelé que les partenaires sociaux avaient négocié le volet dispositions générales et le volet contrat de travail de la CCN, ce dernier devant être finalisé fin janvier. A cette occasion, Jean-Pierre Farandou a salué les représentants des organisations syndicales représentatives : « En dépit des enjeux avec des élections professionnelles au sein du groupe public ferroviaire, ils ont su faire preuve d’engagement, de responsabilité et de mesure tout au long de l’année 2015l’AGEFOS PME comme OPCA unique de branche. ». Le ton du Président de l’UTP s’est fait volontairement solennel quant à l’avenir : «  Vous le savez tous ici, la négociation du volet organisation du travail qui, selon les termes de la loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire, doit être achevée au plus tard le 30 juin prochain, est extrêmement importante. Elle est lourde d’enjeux pour l’ensemble de la filière ferroviaire, pour ses milliers de salariés, pour ses entreprises et pour l’avenir du secteur. Je ne doute pas de la capacité des partenaires sociaux que nous sommes à assumer nos responsabilités ».
Au regard de la nécessaire articulation du volet conventionnel à négocier avec le futur décret-socle qu’il appartient à l’Etat de promulguer dans le même délai, le Président de l’UTP a tenu à dire à nouveau combien il était primordial que l’Etat fasse part rapidement de la méthodologie et du calendrier de travail : « Cette prise de position de l’Etat nous est absolument nécessaire pour être en mesure de respecter les contraintes de calendrier définies par la loi ».
Pour témoigner de l’engagement et de la confiance des entreprises ferroviaires adhérentes dans l’aboutissement des négociations et la création de la branche ferroviaire, Jean-Pierre Farandou a annoncé la création de l’Association pour le Développement des Formations et la Promotion des Métiers Ferroviaires.

Une union responsable

Photo Bruno MAZODIER 150103Preuve de l’importance de la valeur de responsabilité pour l’UTP, Jean-Pierre Farandou a rappelé les positions à défendre auprès de nombreux ministères et directions générales à Bruxelles et les satisfactions obtenues. Ce fut le cas notamment avec la FNTV avec la  possibilité pour les transporteurs de connaître la continuité de détention du permis de conduire de leurs salariés conducteurs et la définition juridique des services de transport urbain dans la loi NOTRE.
L’UTP a, par ailleurs, été entendue plusieurs points : prise en compte des spécificités des transports et, notamment du règlement OSP 1370/2007 dans les projets de texte de transposition de la directive Concessions, mesures sur les bus faiblement émissifs, ouverture du marché de l’autocar avec préservation des lignes à OSP et prise en compte des enjeux d’intermodalité au niveau des gares routières, etc.
« Nous avons souvent été entendus, même si nous n’avons pas toujours été suivis », a déclaré Jean-Pierre Farandou avant de faire un focus sur la TVA. « Ce combat, nous le menons depuis 2011. Nous allons, inlassablement, avec le GART, mais aussi avec la FNAUT et tous ceux qui voudront se joindre à nous, continuer à mener ce combat car, au-delà de l’enjeu financier pour le secteur, nous avons la conviction que les transports publics du quotidien méritent d’être reconnus comme des services de première nécessité ».
En cette soirée de rassemblement de la profession, le Président de l’UTP a voulu insister sur un sujet prioritaire pour la profession : la lutte contre la fraude, les incivilités et, plus largement, la sûreté. « 
L’UTP soutient sans réserve la quasi-totalité des mesures envisagées dans la proposition de loi relative à la prévention et à la lutte contre les incivilités, contre les atteintes à la sécurité publique et contre les actes terroristes dans les transports collectifs de voyageurs. Elles nous donnent, enfin, les outils juridiques nécessaires pour mener cette bataille. »

Une union indépendante
Le Président a salué la très belle édition des Rencontres du transport public à Lyon organisée avec le GART et la venue du Premier Ministre Manuel Valls : « un moment fort pour le transport public, tant il est rare que des responsables politiques d’aussi haut niveau s’expriment sur notre secteur ».
Evoquant la prochaine édition du Salon européen de la mobilité, du 14 au 16 juin 2016 à Paris, Jean-Pierre Farandou a expliqué : « Après la COP21, nous devons affirmer, plus que jamais, la place que peuvent et que doivent prendre les transports publics urbains et ferroviaires dans la mobilité de demain. Ils sont une des solutions aux problèmes que nous rencontrons, qu’il s’agisse de changement climatique, de santé publique, de congestion de l’espace urbain ou de desserte des territoires.

Grâce à son indépendance de fonctionnement, l’UTP peut également lancer des débats de fond sur la mobilité publique. « On ne peut pas se satisfaire de voir notre modèle économique se dégrader (…). On ne peut se satisfaire de voir la part modale du fret ferroviaire se dégrader, a déclaré Jean-Pierre Farandou. Le passager a changé. Ses besoins ont évolué avec les mutations de la société… autant de paramètres qui conduisent à repenser la mobilité de proximité ». Pour cette raison, le GART et l’UTP organiseront à la rentrée 2016 des Etats généraux des transports publics. « Ces états généraux seront déconcentrés et participatifs. Nous irons dans différentes villes de France pour débattre et construire des propositions avec les parties concernées localement. Ces propositions feront l’objet d’une synthèse nationale qui sera portée auprès des pouvoirs publics et des différents candidats aux élections présidentielle et législative. Il nous appartient d’avoir de l’ambition et des idées pour les transports publics : ne laissons pas à d’autres le soin d’avoir des idées pour nous ! »

 

Télécharger l'album photo de la soirée des voeux

Notre site utilise des cookies pour une meilleure expérience de visite.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus